AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 EPISODE 1 - DAMIEN SANDOW vs. KENN DOANE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Joey Styles
THE VOICE OF WRESTLING
avatar

Messages : 78
Date d'inscription : 27/01/2016

MessageSujet: EPISODE 1 - DAMIEN SANDOW vs. KENN DOANE   Lun 8 Fév - 6:15

Premier match de l'histoire de l'Underworld, rendez-nous fiers !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kinay
Grand Ministre des Insectes
avatar

Messages : 258
Date d'inscription : 27/01/2016
Age : 26
Localisation : Bretagne

MessageSujet: Re: EPISODE 1 - DAMIEN SANDOW vs. KENN DOANE   Dim 14 Fév - 7:14

Un petit appartement sans prétention, dans un humble quartier. Dans le couloir, une valise est prête, des billets d'avions pour New-York dépasse de la pochette. Des rires s'échappent du salon...


Kenn Doane > Tu seras sage avec maman, hein ? Tonton va revenir vite. T'es encore trop petit pour comprendre, mais je n'ai pas le choix. Quand tu auras grandis, je t'expliquerais tout. Pourquoi j'ai quitté la WWE, pourquoi j'ai quitté le milieu de la lutte et pourquoi aujourd'hui j'y retourne. Ce n'est pas une inconstance, je ne fais pas ma girouette, mais les circonstances sont différentes. Quand j'étais petit, pas autant que toi, j'avais des rêves. Des rings, des lumières, des combats, tous cet univers à bercer ma jeunesse et mon esprit. Et j'ai grandit avec l'objectif de devenir moi aussi un lutteur, de côtoyer les grands de ce business. Et j'ai réussi, j'ai même battu Ric Flair. Mais si tu sais le monsieur qui fait WOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOO.

Le petit n'a pas l'aire de tout comprendre, mais ce son le fait bien rigoler.

Kenn Doane > Mais j'ai préféré partir avant que mon rêve tourne complètement en cauchemar, avant d'avoir trop de regret. Parce que c'est ça qui importe dans la vie. Ouvre bien tes toutes petites oreilles : ce qui compte vraiment dans la vie c'est de ne jamais avoir de regret ! C'est avec cette philosophie qu'on peut espérer avoir une belle vie, si tu ne fais des choix que par logique, calcul, tu te retrouveras un matin triste, le cœur lourd et ce sera trop tard. C'est pour ça que j'ai signé ce contrat, c'est pour ça que je m'envole pour l'underworld, pour essayer une dernière fois de réaliser mon rêve, ce n'est peut être qu'une utopie. Mais si jamais ça ne marche pas, je rentrerais sans aucune amertume. Tu vois, tonton va monter dans le ring pour affronter un gus qui croit que la vie tourne autour de la connaissance, ce gars pense que tous ce que les parents souhaitent pour leurs enfants c'est que ces derniers soient cultivés, intelligent.


La grimace de Kenn relance une crise de rire chez son petit neveux qui se met à l'imiter.

Kenn Doane > Que tu sois "cultivé" ou que tu es des diplômes par millier, on s'en moque. Tous ce que l'on peux souhaiter à un enfant c'est le bonheur. "Heureux les fêlés car ils laissent passer la lumière", je ne sais plus quel gars à dit ça mais Sandow devrait s'en inspirer. Ce n'est pas avec des livres, des diplômes, des statuts ou des connaissances qu'on remplie sa vie de bonheur. Je préfère être con, ou en tout cas passer pour un con à ses yeux, et être heureux. C'est bien gentil de remplir sa tête, mais si c'est au dépend de son cœur, trop peux pour moi. Mais je suis surement trop illettré pour comprendre "the savior of the masses". Mais lui est bien trop loin de la masse pour voir la vérité de ce monde. Ce gars ne se rend pas compte de la chance qu'il a, il a signé un contrat pour faire ce qu'il a envie de faire : lutter. Et qu'est ce qu'il trouve de mieux à faire ? Critiquer la chaîne qui a accepté de le diffuser ? Un putain d'enfant gâté...

??? > Kenn, pas devant le petit !

Kenn Doane > Pardon ça m'a échappé. Mais on m'a pas appris à parler des merdes poliment. Il croit qu'il va nous sauver, qu'il prêche la bonne parole. Il n'est même pas logique, l'AMC lui offre un plateau pour déblatérer ses conneries et lui les insulte ? Il crache au visage de son bienfaiteur, on voit qu'il n'a pas connu la réalité de la vie. Des musées ? Des expositions ? Des concerts ? Pleins de bonnes idées, mais on a pas tous le temps, l'énergie ou l'argent pour ces jolies occupations. Moi aussi je préférerais traîner à regarder des peintures plutôt que d'encaisser les abonnements des grosses qui sortent du McDo. Quand on a du mal à boucler la fin du mois avec un salaire minable, sa culture est un luxe qu'on ne peux pas se permettre. Ce n'est pas par stupidité qu'on regarde des séries télés, mais parce que c'est un des rares moyens accessibles pour s'évader un instant de la dureté de la vie et pour se reposer loin de ses soucis. Et c'est aussi pour ça que les gens regardent le catch.

Kenn fait un bisous sur le front de son neveux et se redresse en saisissant sa veste. Il prend sa valise et se dirige vers la porte, il est temps d'y aller


Kenn Doane > Le public ne va pas regarder l'underworld pour écouter les prêches d'un type qui ne les respectent pas. Un bourge qui ne connait rien à la vie et qui a toujours été bien protégé dans sa petite bulle. Si il croit qu'on fais passer un message par la force, c'est qu'il pense que les nords coréens ont élu Kim Jong Un. Un messie ne dit pas qu'il porte la vérité et n'impose pas sa vision du monde, mais il fédère par ses actions et son humilité, tous l'inverse de ce Damien Sandow. Tu peux étaler ton doctorat ou ta culture, ça n'impressionne que toi, mais dans le ring ce n'est pas tes heures sur les bancs d'Harvard qui vont te préserver de mes coups. Demain ce sera le premier show de l'Underworld, je serais dans le premier match de l'histoire de cette fédération. Aujourd'hui personne ne sait si ça sera un roman ou une nouvelle, mais j'ai une grosse responsabilité sur les épaules. Les premières pages sont ce qu'il y a de plus important, elles donnent le ton du livre et doivent donner envie au lecteur de continuer. Et pour ce début je vais leur offrir une lutte de classe : un gars qui connait leur quotidien, qui le vit tous les jours contre un aristo sortit de son confort et qui croit apporter avec lui la solution aux malheurs de ce monde. Je n'aurai jamais la prétention de m’appeler messie ou sauveur, je ne suis qu'un putain de catcheur qui va faire ce qu'il sait faire : offrir une petite bulle de bonheur aux fans et les sortir le temps d'un show de leur combat ordinaire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Juan Diego Sartres
Philosophe
avatar

Messages : 235
Date d'inscription : 27/01/2016
Age : 101

MessageSujet: Re: EPISODE 1 - DAMIEN SANDOW vs. KENN DOANE   Dim 14 Fév - 10:28

Alors que le film du soir de la chaîne américaine AMC est sur le point de débuter, et que tous les téléspectateurs sont réunis dans leur salon, un spot publicitaire inattendu fait irruption sur leur écran. Un homme apparaît. Il s'agit de Damien Sandow, lutteur du nouveau projet Underworld Wrestling. Il prend la parole.



DAMIEN SANDOW. When we are born, we cry that we are come to this great stage of fools, as Shakespeare once wrote. Bonsoir à tous. Si vous avez l'habitude de passer vos journées sur AMC, il est certain que vous ne me connaissez pas. Je m'appelle Damien Sandow. Je suis lutteur professionnel pour le projet que vous pourrez découvrir sur vos écrans dès lundi prochain. Mais plus qu'un simple athlète, je suis votre Messie. Je suis envoyé pour vous sortir de la médiocrité intellectuelle des séries télévisées et des films débiles. Les campagnes publicitaires d'AMC vous ont sans doute convaincu que souscrire chez eux vous rendrait plus intelligent. Pourtant, il n'en est rien, et ma mission consistera à vous montrer la facticité de tous ces programmes, et la richesse culturelle qui est à votre disposition si vous daignez sortir le nez de chez vous. Vous l'aurez compris, je suis the Intellectual Savior of the Masses.

Sandow jette un regard furtif au décor qu'on peut apercevoir en arrière plan.

DAMIEN SANDOW. Pour les plus incultes d'entre vous, non, je ne me trouve pas devant le Mur des Lamentations, pas plus que celui-ci n'est situé à Paris, comme certains d'entre vous devaient le supposer. Je suis devant le Mont Rushmore, South Dakota, où l'on peut voir quatre de Pères fondateurs des Etats-Unis d'Amérique. C'est devant ce lieu ô combien symbolique que j'ai décidé de m'exprimer devant vous. Comme vous le savez sûrement déjà, scotchés à votre programme télé, dès lundi, je serai sur le ring pour affronter l'un de mes collègues, Ken Doane. Et c'est précisément à lui que je tiens à m'adresser ce soir, au cours des quelques minutes dont je dispose actuellement.



DAMIEN SANDOW. Kenny, Kenny, ne nous cachons pas derrière des arguments à la vacuité intellectuelle aussi grande qu'un roman de Stephen King, sur lequel des millions d'imbéciles se précipitent tout de même tous les ans. Toi et moi, nous avons nos petites secrets, que nous préférerions cacher. Peut-être évoqueras-tu les miens par un média interposé, en pensant jouer au plus fin, et sans comprendre que tu refuses par là même de voir la poutre dans ton oeil, comme l'écrivait Saint Luc. Tu as été, pendant des années, pom pom boy pour l'équivalent d'un boys band de lutte. Et pour ma part, il m'est arrivé au cours de ma carrière de devoir revêtir des accoutrements tout aussi ridicules les uns que les autres. J'assume ce passé, aussi honteux soit-il. Tout cela était de mon fait. Je pourrais arguer que je n'avais pas choisi les clauses de mon contrat, et que dès lors, je ne pouvais m'opposer aux décisions des dirigeants. Yes yes yes, that would be quite convenient, indeed. Mais la sagesse que m'a inculquée la lecture des philosophes stoïciens me pousse à choisir la voie inverse, sans doute plus ardue, mais ô combien plus raisonnable. J'assume ce passé. Ce n'était pas un Damien Sandow que je compte enterrer, mais moi-même qui ai pris cette décision. Contrairement à toi, qui n'es certainement pas familier des grands textes de Marc-Aurèle, je ne tiens pas l'homme que j'étais alors pour un autre. Si j'avais été pom pom boy, je l'aurais assumé, je n'aurais pas pris le risque de perdre de perdre tout mon honneur comme tu l'as fait sur le world wide web en niant ta responsabilité. Un véritable homme est capable de prendre ses actes passés en considération pour devenir meilleur. Il ne cherche pas à fuir son identité, à fuir celui qu'il était. Il assume tout, et s'assure de ne pas commettre à nouveau ses erreurs passées. Prenez note, mesdames et messieurs, car ce pourrait être l'épigraphe de mon prochain traité d'épistémologie phénoménologique, dont je doute très fortement qu'il sera lu par des abonnés à AMC.

Sandow jette un regard qui feint le dépit, avant de reprendre la parole.

DAMIEN SANDOW. Voilà donc toute la distance qui nous sépare, Kenny. Je suis un homme accompli, mûr, responsable. Tu n'es encore qu'un enfant, prêt à accuser le monde entier de ses fautes pour éviter de faire face à ses responsabilités. Un mirliflore, prêt à tout pour parvenir, quitte à laisser ton honneur pourrir sur le bord d'une route du Massachusetts. Cela m'amène à penser l'initiateur de ce projet, Taz, n'a pas été très équitable pour ce premier show. Me voici engagé, dès le premier show, dans un handicap match, si bien que toi, Kenny, tu t'en vois largement désavantagé. Non seulement, je dois affronter un enfant immature, mais surtout, un athlète incapable de peser véritablement dans un affrontement, un athlète qui ne compte même pas pour une personne. Qu'est-ce, en effet, qu'un clan de cinq membres capable de se faire vaincre à de multiples reprises par seulement deux personnes ? Qu'est-ce qu'un lutteur capable de se faire humilier ainsi alors qu'il jouissait d'une telle supériorité numérique ? Ein Untermensch, un sous-homme. Si à cinq, vous étiez incapable de mettre deux hommes au tapis, je suppose que toi seul, avec un corps vieilli de dix années, tu ne devrais pas être très difficile à vaincre sur un ring !



DAMIEN SANDOW. Dix ans depuis cette époque. On pourrait penser que tu as mûri depuis, que tu es devenu plus fort, plus lucide, plus sagace, mais il n'en est rien. Ces dix années, tu ne les as mises à profit que pour gagner quelques concours de fitness, ou pour participer à Seducing Cindy. Voilà, mesdames et messieurs, concentrée en un individu, toute la médiocrité que l'humanité a pu produire. Etre rassemblé dans un troupeau de bêtes sauvages pour tenter de séduire une femme à tour de rôle, comme si tout cela n'était qu'une corrida, est-ce donc à cela que tu consacres tes journées ? En sachant que le plus grand instant de notoriété, de gloire de ton existence est celui-ci, comment peux-tu encore te regarder dans un miroir, Kenny ? Ces deux mois passés à participer à ce condensé d’imbécillité, ce sont les quinze traités de darwinisme que tu n'as pas lus, les dix Ennéades de Plotin que tu n'as pas eu l'occasion de découvrir, malgré tes vingt-neuf printemps. Je ne suis pas fou, Kenny. Je n'ai aucun espoir de te sauver. Tu t'es déjà abaissé trop bas pour que je puisse te relever. Mais vous, téléspectateurs, je vous exhorte à ne pas suivre ce modèle pitoyable. Lundi soir, vous aurez l'occasion de voir deux exemples complètement opposés : d'un côté, un homme qui, suivant les préceptes humanistes, s'est efforcé de faire habiter son corps sain par un esprit qui l'est tout autant. Et de l'autre, un ancien candidat de télé-réalité, un participant à des concours de fitness, un homme pour qui seule la parure et la notoriété, peu importe son prix et ses causes, semblent compter.

Après un petit sourire ironique et hautain, le sauveur des masses continue, l'air légèrement amusé, cette fois.

DAMIEN SANDOW. Je t'imagine bien sûr déjà rétorquer que je ne suis pas un véritable lutteur, que je suis un intellectuel, et que ce n'est pas cela qui fera la différence sur un ring. Pourtant, toi et moi avons été formé à la même école, par Killer Kowalski. Mais cet héritage, tu n'as eu de cesse de le salir, de l'utiliser pour mener une carrière de pacotille. Tandis que je lutte chaque semaine, sans relâche depuis quinze ans, j'ai parfait ma technique sur les rings indépendants, avant de connaître le succès, par équipe et individuellement, à Stamford. Quant à toi, tu as perdu ton temps, en participant à des émissions de télé-réalité, en écrivant des livres pour enfant, et contribuant ainsi un peu plus encore à la médiocrité intellectuelle que recèle ce monde. Des livres pour des nourrissons, voilà tout ce que ton imagination et tes neurones sont capables de produire en s'associant ! Mais surtout, c'est comme cela que tu traites l'héritage de notre vieux maître. Tu n'es qu'un amuseur de foule, dont la carrière n'est qu'une longue descente en enfers. Un titre par équipes, remporté à cinq en s'acharnant tous ensemble sur un même homme, c'était là le paroxysme de toute ta carrière de lutteur. Puis, tu n'as fait que retomber dans l'anonymat, en allant dans des fédérations plus médiocres les unes que les autres. Mon existence est une longue montée en puissance. L'anonymat a laissé place à la notoriété, aux succès, par équipe, à la régulière, mais également individuellement, en venant à bout de cinq autres personnes pour obtenir une certaine mallette ! Si tu me regardes, Kenny, sache que l'homme que tu vois est le produit d'un travail acharné, de remises en question. Tu n'es qu'un gamin capricieux, incapable d'avancer et d'atteindre les étoiles car ton existence est marquée par l'immaturité et la médiocrité.



DAMIEN SANDOW. Que tout ceci ne vous fasse pas croire, chers téléspectateurs, que je me détourne de la raison de ma venue sur AMC. Mon combat à venir face à Ken Doane ne saurait être un prétexte pour oublier que je suis avant tout ici dans votre intérêt. Les quelques minutes que je viens de vous permettre de visionner ont sans doute été un excellent de moyen de vous familiariser à ma pensée pétrie d'heideggérisme dont tout l'enjeu est de redonner au concept d'être-au-monde ses lettres de noblesses, de réaliser pleinement le Dasein dans l'existence, et de permettre l'épanouissement de la particularité définie dans l'infinie totalité. Mais tout cela n'est que truismes de bas étage. Mon dessein initial est de lancer une campagne, que je baptise affectueusement de Doane-Nation, non en référence à la prise de finition aussi ridicule et inefficace que banale de mon futur adversaire, mais seulement à son nom. Cette campagne vise à collecter des fonds économiques, afin de permettre l'organisation d'un projet culturel de haute volée, dans la continuité de mon travail à Underworld Wrestling, afin de permettre à chacun d'accéder aux grandeurs et aux merveilles intellectuelles de ce monde. Mon intérêt ici est nul : mon seul objectif est de remplacer les manuels d'instruction qui polluent vos étagères par des monuments de culture et d'érudition. You're welcome.



Le message s'achève sur ces quelques paroles. Le film du soir va enfin pouvoir commencer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: EPISODE 1 - DAMIEN SANDOW vs. KENN DOANE   

Revenir en haut Aller en bas
 
EPISODE 1 - DAMIEN SANDOW vs. KENN DOANE
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Damien Sandow vs Mr.Anderson
» Damien Sandow vs Triple H vs Tyson Kidd
» Jack Swagger VS Shawn Michaels VS Mr.Harcord VS Damien Sandow
» Payback 2013 (les résultats)
» ~ MATCH 3 : DAMIEN SANDOW VS CARTER

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
UNDERWORLD :: IN GIMMICK :: LE RING-
Sauter vers: